Et si on acceptait que nos pensées ne soient que des pensées ?

Souvent, au cours d’une journée, nous avons des pensées qui traversent notre esprit, et certaines peuvent prendre une place plus importante dans notre tête, tourner en boucle jusqu’à ne plus savoir si ces phrases qu'on se répète, sont seulement des idées ou au contraire un état de fait.


Comment faire pour prendre du recul à ce moment-là ? Pour réussir à questionner ces croyances (souvent négatives, il faut bien le reconnaitre) et les prendre pour ce qu’elles sont à savoir des croyances. Des idées qui traversent notre esprit, comme un nuage qui passe au milieu d’un ciel bleu.

Vous me direz, plus facile à dire qu’à mettre en pratique, et en théorie je suis d’accord avec vous. Et pourtant, notre cerveau est un muscle, comme un quadriceps à qui on apprend à faire des squats, tout se travaille, tout s’apprend. Des exercices, des outils, des méthodes, qui permettent de prendre petit à petit du recul sur ces pensées, qui parfois nous empêchent d’avancer, de sauter le pas, de prendre des risques.

Cette personne qui avant de faire une présentation orale se dit « je ne vais pas y arriver », « je suis nulle », « je n’y connais rien », « je ne vais pas réussir à les intéresser », celle qui attend patiemment que les choses se passent de peur de ne pas réussir, d’affronter un « échec », qui doute de ses capacités et de ses compétences, qui pense qu’elle est arrivée là par chance, sans vraiment mériter ce qui lui arrive, qui se sent tel un imposteur dans sa propre vie.

Questionnez-vous sur vos pensées. Est-ce vraiment ce que je pense de moi dans cette situation ? Si un ou une amie proche était dans ma situation, est-ce que je lui dirai « tu ne vas pas y arriver », « tu es nul(le) », « tu n’y connais rien » ? Trouveriez-vous ses inquiétudes cohérentes, rationnelles ? Ne penseriez-vous pas qu’il s’agit d’une angoisse légitime mais a posteriori non fondée ?

Bien évidemment, il est tout à fait normal d’avoir des craintes et des angoisses à certain moment de notre vie, mais doit-on pour autant arrêter de vivre et d’essayer par crainte ? N’est-ce pas ça la plus grande aventure de notre vie, se jeter dans l’inconnu, croire en soi et essayer ?

Et croire en soi qu’est-ce que ça veut dire en fin de compte ? Qu’est-ce que c’est qu’avoir confiance en soi ? Qu’avoir de l’estime pour soi ? Après tout, l’estime de soi c’est simplement comment on se voit, et si ce que l’on voit on l’aime ou pas. Avoir de l’estime pour soi n’est pas quelque chose avec lequel on nait. Notre estime de nous-même se construit et s’étoffe tout au cours de notre vie, elle n’est pas figée dans le temps. Cette idée de construction de soi illustre bien ces matins où nous nous sentons au TOP de nous-même, près à gravir des montagnes, à faire la danse de la joie en buvant notre café du matin, et au contraire ces matins où nous préférerions tous rester sous la couette. Si nous avons la possibilité de nous sentir aussi bien à certain moment, pourquoi cela ne pourrait pas être une généralité dans notre vie plutôt qu’une exception de certaines matinées égayées ?

 

Repensez maintenant à cette présentation orale dont je vous parlais tout à l’heure, à cette réunion avec vos chefs où l'on va vous demander votre avis, à ce premier rencard avec quelqu’un que vous venez tout juste de rencontrer… Imaginez-les un matin où tout va bien, où vous vous sentez confiant, capable, motivé, pensez-vous réellement que vous n’allez pas y arriver ? Non !

 

Dans ces moments-là nos pensées sont d’un naturel positif ! Au contraire, si c’est un matin où vous auriez préféré rester dans votre lit, sous votre couette avec votre compagnon Netflix, toutes ces situations vous paraitront inatteignable, et pourtant vous n’avez pas changé, vous êtes la même personne qui pensait 5 lignes plus haut accomplir votre journée avec succès !

Lorsque vous vous apercevez que vos pensées sont entrain de faire les montagnes russes dans votre tête, prenez un instant pour les observer, les questionner, les remettre un peu en question et en perspective :

Est-ce vraiment la seule chose que je pourrai penser de moi dans cette situation ? 

En psychologie on fait référence à ces pensées comme des pensées automatiques, pour plus d'informations n'hésitez pas à cliquer ici

 

Pour vous aider à questionner vos pensées essayer de remplir ce document et si vous avez des questions envoyez moi un email